Par - - 6 Commentaires -  3344  
  
W.AFATE, imprimante 3D fabriquée au Togo

W.AFATE, imprimante 3D fabriquée au Togo

L’impression 3D est une technologie révolutionnaire qui affiche beaucoup de promesses pour l’avenir. Certains s’accordent même à comparer les transformations qu’elle pourra apporter à celles qu’a apportées la machine à vapeur il y a quelques années.

De jeunes africains ont décidé de prendre le train en marche et de ne pas se laisser conter l’aventure par l’occident. C’est ainsi qu’est né le projet W.AFATE qui  est une composition du « W » de WoeLab, et le « Afate » du nom de l’inventeur.

L’imprimante W.AFATE est inspirée de la Prusa Mendel dont un modèle a été monté au Woelab-Lomé lors de l’AchiCamp 2012, grâce à un kit importé de France.
Très spontanément Afate ayant cerné le problème que posait la disponibilité d’un kit dans la concrétisation de ce projet, a initié la démarche de fabrication d’une machine autonomisante, facile à reproduire, 100% à base de recyclage et autres matériaux disponibles partout. L’intérêt est porté sur les débris informatiques à savoir les unités centrales, imprimantes et scanners. L’architecture de l’unité centrale est propice pour servir de cadre pour la machine, les rails et les moteurs des imprimantes et scanners viennent s’y adjoindre pour donner vie à une imprimante 3D artisanale dont le cœur reste la carte Arduino.

Sénamé Koffi AGBODJINOU fondateur du Woelab – Lomé nous livre ici en video plus d’éléments sur cette imprimante :

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour les derniers articles de la veille.

Sensé apporter des solutions adaptées aux conditions et réalités africaines, il s’agit d’une initiative qui s’inscrit dans l’éthique LowHighTech du WoeLab qui est d’équiper les diverses couches sociales avec de la technologie de proximité et de leur fournir également la capacité de pouvoir créer leurs propres machines à l’aide d’une documentation bien détaillée et simplifiée au maximum.

La construction de cette imprimante demande beaucoup de ressources, surtout financières. Pour cette raison, le projet a été soumis à un fundraising sur la plate forme de crowdfunding Ulule.

Vous avez encore quelques jours pour participer au financement de ce projet qui est d’ailleurs arrivé 1er (Premier) au International Space apps Challenge de paris. Prochaine destination, la planète Mars à l’occasion du concours lancé par la NASA.